Get Adobe Flash player

FAQ

Le temps (2)

L’observation est le point de départ de toute prévision météorologique. Descriptions qualitatives du ciel ou mesures de paramètres physiques de l’atmosphère, toutes les observations doivent être méticuleusement définies, normalisées, sélectionnées et organisées pour concourir à mieux comprendre et prévoir les phénomènes météorologiques.

 Des observations pour connaître l’état de l’atmosphère

Les observations sont la matière première utilisée par le météorologiste pour prévoir le temps, et par le climatologue pour étudier le climat. En effet, les observations décrivent l’état de l’atmosphère, siège des phénomènes météorologiques, et le temps qu’il fait. Cette connaissance permet de comparer le temps d’aujourd’hui à celui d’hier, et de prévoir le temps de demain. Les météorologistes sont aujourd’hui aidés dans leur tâche par les modèles numériques de prévision. Le monde de l’observation météorologique s’est ainsi structuré pour fournir des données de qualité, capables de renseigner ces modèles et d’aider à l’interprétation de leurs résultats.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


La prévision météorologique est élaborée en trois étapes fondamentales : l’observation, la simulation de l’évolution de l’atmosphère à l’aide des modèles numériques et l’analyse des résultats par les prévisionnistes.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Météo et santé (5)

On parle de vague de chaleur lorsqu’on observe des températures anormalement élevées pendant plusieurs jours consécutifs. Il n’existe pas de définition universelle du phénomène : les niveaux de température et la durée de l’épisode qui permettent de caractériser une vague de chaleur varient selon les régions du monde et les domaines considérés (caractérisation d’un point de vue climatologique, activité de recherche, dispositif de vigilance météorologique).

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Une canicule est un épisode de températures élevées, de jour comme de nuit, sur une période prolongée. Dans le cadre de la vigilance météorologique, le dispositif d’information sur les phénomènes météorologiques dangereux, on tient en effet compte du caractère exceptionnel des températures nocturnes. Lorsque celles-ci sont élevées pendant plusieurs jours consécutifs, le risque de mortalité augmente chez les personnes fragiles. La canicule, comme le grand froid, constitue en effet un danger pour la santé de tous.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Environ 30% des adultes sont touchés par des réactions allergiques dues aux pollens. La météo joue un rôle déterminant : elle intervient dans le déclenchement de la pollinisation, la quantité de pollen produit et le transport des grains dans l’air que nous respirons.

Le rhume des foins ou pollinose

Le grain de pollen est l’élément reproducteur microscopique produit par les organes mâles des plantes. Lorsqu’il pénètre dans l’organisme par les voies respiratoires, il peut provoquer une réaction du système immunitaire. L’allergie aux pollens des arbres, plantes, herbacées et graminées, est appelée pollinose ou rhume des foins. En période de pollinisation, les grains de pollen sont émis en très grande quantité car la probabilité d’atteindre la fleur femelle est très faible. Un pied d’ambroisie, par exemple, peut produire 2,5 milliards de grains en une seule saison.

Les pollens provoquent des affections d’apparence bénigne, parfois sévères, toujours gênantes voire invalidantes :
– rhinites, crises d’éternuements, écoulement souvent abondant et obstruction nasale
– conjonctivites avec larmoiement, démangeaisons,
– toux, oppression thoracique ou respiration sifflante, asthme, avec diminution du souffle
– fatigue, maux de tête, manque de concentration ou d’attention lié à un sommeil perturbé par la rhinite
– manifestations cutanées avec aggravation de certains eczémas, plus rarement œdèmes et urticaires.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


De tous les rayons émis par le soleil (gamma, X, infrarouge, visibles), les ultraviolets (UV) ne représentent qu’une faible partie. Le taux de rayons UV qui arrive jusqu’à la Terre dépend avant tout de l’épaisseur d’atmosphère traversée par les rayons du Soleil. Lorsque le Soleil est haut dans le ciel (et que les ombre sont courtes), le taux d’UV est important. Inversement, lorsque le Soleil est bas, il y a peu ou pas d’UV. L’intensité des UV dépend aussi des conditions météorologiques (nuages, présence d’aérosols) et de l’épaisseur de la couche d’ozone. Située à environ 30 kilomètres d’altitude, cette enveloppe de gaz filtre une grande partie du rayonnement ultraviolet. Son épaisseur détermine donc la quantité de rayonnement UV qui atteint le sol.

Deux types d’UV franchissent la couche d’ozone pour arriver jusqu’à nous :
• Les UV-A qui représentent 95 % des ultraviolets solaires parvenant à la surface de la Terre
• Les UV-B qui représentent 5 % des ultraviolets solaires parvenant à la surface de la Terre.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Les ultraviolets ne sont pas absorbés de la même manière par le corps humain. Les UV-A parviennent jusqu’au derme. Leur danger n’apparaît pas forcément d’emblée, car leur action, lente et cumulative, n’est perceptible qu’à long terme. Les UV-B sont absorbés très rapidement par l’épiderme. Leurs effets s’observent à court terme, puisque ce sont eux qui provoquent en particulier l’apparition des coups de soleil.
Mais il existe pour les UV-B comme pour les UV-A, une action cumulative, qui présente des risques à long terme.

Les UV-A et les UV-B, même si leur mode d’action diffère, sont tous deux des radiations génotoxiques, c’est-à-dire qu’elles peuvent endommager l’ADN des cellules. L’exposition aux UV solaires comme artificiels est un facteur majeur dans le développement des cancers de la peau. On estime que plus des deux tiers des mélanomes sont dus à une exposition excessive aux UV.

Un rôle bénéfique est néanmoins attribué aux rayons ultraviolets. L’action des UV-B permet à notre organisme de synthétiser la vitamine D qui régule la « production » de calcium nécessaire aux os. Un quart d’heure d’exposition par jour sur une petite surface de peau (les mains par exemple) suffit pour engager le processus de synthèse de cette vitamine.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Phénomènes météo (10)

L’appellation « tempête » est réservée aux vents atteignant 89 km/h (force 10 Beaufort).
L’appellation « vent frais  » est réservée aux vents atteignant 40 km/h (force 6 Beaufort).
Le vent est un déplacement de l’air représenté par une direction (celle d’où vient le vent) et une vitesse. La vitesse est exprimée communément en km/h, mais le Système international utilise comme unité les m/s et les marins et pilotes les nœuds (1 nœud = 1,852 km/ h). La mesure du vent est toujours une moyenne sur une période précise.

En météorologie, on utilise :
– le vent moyen sur 10 minutes mesuré à 10 mètres de hauteur
– la rafale (ou vent instantané), une moyenne sur environ 0,5 seconde (instruments utilisés par Météo-France).
******************************************************************************

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


En météorologie, une tempête peut être décrite comme une zone étendue de vents violents générés par un système de basses pressions (dépression).

Deux domaines de la météorologie apportent des informations complémentaires : En météorologie marine, une tempête correspond à la force 10 de l’échelle Beaufort. Cette échelle, allant de 0 à 12, permet d’estimer la vitesse moyenne du vent en fonction de l’état de la mer. La force 10, qualifiée de tempête, correspond à des vents moyens de 89 à 117 km/h et des rafales de 110 à 150 km/h. En météorologie tropicale, on appelle « tempête tropicale » une dépression observée au niveau des latitudes tropicales ou subtropicales dont les vents moyens sont compris entre 62 et 117 km/h. Au delà de ces valeurs, la dépression devient « cyclone tropical ».

Par analogie avec ces définitions spécifiques, les météorologues nomment « tempêtes » les rafales de vent approchant les 100 km/h dans l’intérieur des terres et 120 km/h sur les côtes. Lorsque le vent atteint ces valeurs, la dépression est elle-même qualifiée de tempête. Ce terme désigne à la fois une zone étendue de vents violents et la dépression génératrice.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Une tempête est générée à partir du creusement d’une dépression, lorsque les conditions suivantes sont réunies :
– un courant-jet très rapide (donc un fort contraste de température),
– soumis à des fluctuations importantes : accélérations, décélérations, changements de direction ;
– une dépression positionnée à gauche du jet

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Une tornade est un tourbillon de vents violents se développant sous la base d’un cumulonimbus (nuage d’orage) et se prolongeant jusqu’à la surface terrestre. Une tornade est rendue visible par les gouttelettes de condensation qui y naissent, formant une excroissance du nuage souvent en forme d’entonnoir (le tuba), et à la base par la poussière et les débris qu’elle aspire (le buisson).

 

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Les fortes tornades sont produites par les orages. Les plus violentes et les plus dévastatrices sont générées au sein des supercellules. Il s’agit de cellules orageuses très violentes, plus vastes et durables que les cellules orageuses « classiques ». Ces orages se forment dans des conditions très instables, c’est-à-dire lorsque la température décroit rapidement avec l’altitude, et en présence d’une importante variation du vent avec l’altitude (phénomène appelé cisaillement de vent). Elles partent de la base des nuages et atteignent ou non le sol. Leur diamètre varie de quelques dizaines de mètres à quelques km, leur durée de vie de quelques minutes à plus de 2 heures, leur trajectoire de quelques centaines de mètres à plus de 100 km. Les tornades se déplacent en moyenne à 50 km/h, mais, dans certains cas, elles dépassent 100 km/h. Dans l’hémisphère nord, la rotation de l’air dans les tornades est le plus souvent cyclonique (dans le sens contraire des aiguilles d’une montre).

L’apparition d’une excroissance conique à la base du nuage vers le sol et le bruit très intense de soufflerie sont des signes avant-coureurs d’une tornade.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Un orage est un phénomène atmosphérique caractérisé par une série d’éclairs et de coups de tonnerre. Un éclair peut se déclencher à l’intérieur du nuage, entre deux nuages, ou entre le nuage et le sol (on parle alors de coup de foudre).
L’orage est toujours lié à la présence d’un nuage de type cumulonimbus, dit aussi nuage d’orage. Il est souvent accompagné par un ensemble de phénomènes violents : rafales de vent, précipitations intenses – grêle parfois – et quelquefois vents rabattants, ou bien trombe ou tornade.
Les orages se forment lorsque l’atmosphère est instable. L’air doit alors être chaud près du sol et froid en altitude.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Chaque année, les régions tropicales sont le siège de violentes perturbations atmosphériques communément appelées « cyclones ». Ces phénomènes tourbillonnaires, de pression centrale très basse, tournent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère sud et dans le sens contraire dans l’hémisphère nord. Ils mesurent de 500 à 1000 km de diamètre et sont pourvus d’un centre visible sur les images satellitaires : l’œil du cyclone. D’un diamètre de 30 à 60 km en général (parfois jusqu’à 150 km), cet oeil est une zone d’accalmie : pas de pluie, vent faible.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Ce sont des pluies qui apportent sur une courte durée (d’une heure à une journée) une importante quantité d’eau. Cette quantité peut égaler celle reçue habituellement en un mois, voire en plusieurs mois.

Des cumuls de l’ordre de 75 mm en 24 heures dans la plupart des régions du bassin arachidier et de l’ordre de 100 mm en 24 heures dans les régions du Sud sont considérés comme des seuils critiques. Leur dépassement peut provoquer, lorsque la nature du terrain s’y prête, de graves inondations.

Pour les phénomènes de ligne de grain, le cumul des précipitations dépasse parfois les 100 mm en une heure. Dans le Sud du Sénégal, les cumuls observés peuvent même dépasser 200 mm en 24 heures.

(1mm = 1 litre d’eau/m²)

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Le brouillard est la suspension dans l’atmosphère de très petites gouttelettes d’eau réduisant la visibilité au sol à moins d’un kilomètre. Les gouttelettes d’eau sont maintenues en suspension par les mouvements turbulents de l’air, leurs charges électriques identiques les écartent les unes des autres. Le brouillard est en fait un nuage dont la base touche le sol.

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.


Du grec meteôra (suspendu dans l’atmosphère), un météore désigne un phénomène observé dans l’atmosphère ou à la surface du globe. Un météore peut se produire sous forme de nuage, de précipitation, de dépôt ou suspension de particules aqueuses (hydrométéores), de poussières en suspension (lithométéores). Le terme météore caractérise également une manifestation de nature électrique (électrométéores) ou optique (photométéores).

Un photométéore est un phénomène optique de l’atmosphère, engendré par réflexionréfractiondiffraction ou interférences de la lumière solaire ou lunaire.
Les rayons lumineux, rencontrant une surface matérielle, changent de direction. Ce processus de retour du rayon incident se nomme une réflexion. Une partie du rayonnement peut éventuellement traverser cette surface (cristaux de glace par exemple) : on parle alors de réfraction.
Les ondes lumineuses se propagent parfois sur des objets du même ordre de grandeur. La projection du faisceau de lumière subit une déviation et une redistribution géométrique : c’est le phénomène de diffraction de la lumière (exemple gloires ou irisations).

Please log in to rate this.
0 people found this helpful.