Get Adobe Flash player

Atelier de formation tenu les 11 et 12 Mai 2018 au Centre CIFA de Ndiaye

I- Contexte et justification
Le changement climatique présente un défi planétaire et sa prise en compte constitue une démarche salutaire et novatrice.
Le changement climatique se traduit par une hausse des températures et une variabilité spatiale et temporelle de la pluviométrie, ce qui pose des problèmes complexes à l’agriculture familiale, notamment aux petits producteurs au nord du Sénégal. Ces derniers sont en plus confrontés à un déficit d’information sur le marché des produits agricoles.
La disponibilité des informations sur le climat et le marché peut permettre aux producteurs, aux décideurs et autres acteurs d’optimiser leurs choix techniques et mieux planifier leurs activités de production, de récolte et de transformation agro-sylvopastorales.
A cet effet, le projet ACSA, coordonné par l’Université Gaston Berger avec ses partenaires comme l’ANACIM (Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie), l’ENSA (Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture) et le CIFA (Centre Interprofessionnel de Formation aux Métiers de l’Agriculture), vient appuyer les femmes de sept localités (Ross-Béthio, Mboudoum, Diama, Ndiagambal, Gandiaye dans la vallée du fleuve Sénégal et Gandiol, Potou dans la zone des Niayes). Ce projet permet d’élaborer des outils d’aide à la décision au sein d’une plateforme pour faire face au changement climatique, en co-construisant des stratégies innovantes basées sur les résultats de la recherche et des connaissances endogènes des acteurs.
Pour ce faire, le projet a déjà mené un diagnostic participatif avec les bénéficiaires et un profilage des différents acteurs potentiels de la plateforme à mettre en place.
Par ailleurs, des formations approfondies sont réservées dans ce projet ACSA à des animatrices qui joueront le rôle de relais d’informations et sont chargés de la gestion de l’information pertinente pour les productrices.
Le projet initie donc un atelier de formation de ces animatrices relais. Dans chaque Groupement de Femmes, il a été choisi cinq (5) animatrices relais, ce qui fait 15 femmes pour les 3 GFP.
Ces personnes ont été invitées à participer à une formation organisée durant 2 jours au centre CIFA de Ndiaye. Le centre CIFA est à mi-chemin entre les villages de Gandiaye, Ndiagambal et Diama. il a l’avantage d’être bien connu par les agriculteurs et dispose aussi des utilitaires nécessaires pour les formations de producteurs.

II– Objectifs de l’atelier
Il s’agit de former les animatrices relais aux informations climatique et de marché ainsi qu’aux techniques de vulgarisation agricole.
Les modules de formation porteront sur :
 Les connaissances de base sur les changements climatiques ;
 L’utilisation des informations météorologiques et climatiques dans les activités agricoles;
 Les techniques de mesure de la pluie
 Les questions de filières et de marché ;
 Les dynamiques de groupe, les principes de vulgarisation, les technique de communication de masse.

III– Résultats attendus
Les participantes sont en mesure de comprendre les menaces auxquelles leurs activités agricoles sont confrontées dans un contexte de changement climatique et maîtrisent mieux les outils (les techniques) d’adaptation qui leur permettent d’avoir une production optimale…

IV– Les bénéficiaires
– Les 15 animatrices relais des localités Diama, Ndiagambal, Gandiaye et les membres des GFP ;
– Les partenaires UGB, ANACIM, ENSA, CIFA et leurs partenaires ;
– Les acteurs institutionnels ;
– OSIWA.

gallery wordpress plugin