Get Adobe Flash player

Cadre institutionnel

L’exploitation de l’aviation civile obéit à des normes et recommandations internationales décidées communément par les États sous l’égide de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) et appliquées de manière uniforme partout dans le monde.
Au niveau national, chaque État répartit les activités et les responsabilités relatives aux différents domaines de l’aviation civile : réglementation et contrôle, fourniture de services de navigation aérienne, gestion des aéroports, transport aérien, etc.

Au Sénégal, le secteur de l’aviation civile est placé sous la tutelle du Ministère du Tourisme et des Transport aériens qui définit les missions spécifiques aux diverses structures qui composent le secteur.
Hormis l’ANACIM plusieurs institutions et administrations officielles interviennent dans la gestion et l’exploitation de l’aviation civile.Le Sénégal a, dès son accession à la souveraineté internationale, adhéré à la Convention de Chicago qui a créé l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI).

Au niveau africain, le Sénégal est membre de la Commission Africaine de l’Aviation Civile (CAFAC).
Le Sénégal fait partie de la Convention de Dakar qui régit l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar(ASECNA). Aussi, a t-il confié à cet organisme international la gestion des services de navigation aérienne. Cette gestion est directement assurée par la Représentation de l’ASECNA au Sénégal.

Le Sénégal a également confié à l’ASECNA la gestion de l’Aéroport Léopold Sédar SENGHOR et des autres aéroports secondaires du Sénégal dans le cadre d’un contrat particulier, en référence à l’article 10 de la Convention de Dakar . Cette activité de gestion est exercée par l’Administration des Activités Aéronautiques Nationales du Sénégal (AAANS)

La Haute Autorité de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor(HAALSS) est chargée de la coordination de la mise en ouvre des mesures de sûreté au niveau de l’aéroport de Dakar. Elle a été mise en place par l’Etat sénégalais en application des dispositions de l’annexe 17 à la Convention de Chicago, notamment, la norme 3.2.2 de cet annexe.

L’exploitation de la météorologie sénégalaise est aussi confiée à l’ANACIM. L’ANACIM organise et exploite la météorologie dans tous ses domaines d’application en conformité avec les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM) et de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) et en intégrant les responsabilités régionales et internationales que la communauté internationale a confiées au Sénégal.

L’exploitation du transport aérien est confiée aux compagnies aériennes qui disposent des autorisations nécessaires ( agrément et permis d’exploitation aérienne ) ou qui exercent leurs activités dans le cadre d’un accord bilatéral de transport aérien.
Le Sénégal fût un des Etats signataires du Traité de Yaoundé qui avait créé la compagnie multinationale Air Afrique.

Aujourd’hui la compagnie Air Sénégal International fait office de compagnie nationale du Sénégal. Cette compagnie qui était contrôlée par l’Etat a été privatisée. Elle est actuellement gérée par un partenaire stratégique en l’occurrence la compagnie marocaine Royale Air Maroc qui détient 51% des actions contre 49% à l’Etat du Sénégal. La compagnie exploite les liaisons internationales et assure des dessertes intérieures.
Il existe également plusieurs autres compagnies de transport aérien ou d’aviation générale qui exploitent des vols réguliers ou non réguliers (charter) de personnes et/ou de marchandises.